Covid-19 : on décrypte mieux l’anosmie